Mademoiselle

Daphné

Daphné

Quinquagénaire qui n'a pas vu le temps passer, à la recherche de ce temps "perdu" et d'un échappatoire aux multiples contraintes professionnelles ! L'écriture, que j'ai toujours fréquentée, s'est imposée, est devenue une urgence. Aujourd'hui, je suis là devant vous, avec d'immenses doutes, des hésitations, des angoisses aussi. Mais le sentiment d'avoir fait un grand pas vers le monde !

Installée ici, à l'aisselle d'un rameau, comme une gemme imperceptible, Mademoiselle se repose.
Capsule incandescente dans le pastel végétal, tête d'épingle ou amanite, terrifiant l'improbable prédateur.
L'habit est rouge, troué de noir il menace ! Tel le ventre d'une pastèque trop mûre, il attire les becs voraces !
Le corps est rond, les formes parfaites, dissimulant l'implacable mécanique dévoreuse de pucerons.
Écrin en trompe-l'œil, entre les doigts graciles de son hôte, Mademoiselle se repose.
Puis, relevant la coque rutilante de ses ailes, déployant ses voiles, lourdement elle s'élève vers l'azur en de gracieuses arabesques.
Mademoiselle vole, vole, vole, vole...
Coccinelle, du bon Dieu tu es la bête, et demain il fera beau.

© Short Édition

Ici, on lit des histoires courtes